Posts Tagged ‘WNS’

Geomyces destructans s’approche de l’Ouest Américain

mercredi, mai 19th, 2010

Le champignon associé au syndrome du nez blanc (WNS) vient d’être détecté dans l’Etat de l’Oklahoma (Woodward County). Ce site étend de plus de 500 km à l’Ouest l’aire connue de distribution de Geomyces destructans. Le champignon a été trouve sur un Myotis velifer, espèce jusqu’à présent non touchée par le WNS. Pour le moment, il n’est pas signalé de signes de mortalité sur le site en question ce qui lui vaut d’être uniquement classé dans la catégorie « suspecté positif ».

Ces informations sont issues d’un communique Pro-MED (18/05/2010).

Séb.

WNS : mise à jour de la carte de répartition

lundi, mai 3rd, 2010

La zone WNS continue de s’étendre en Amérique du Nord à une vitesse inégalée jusqu’à présent. De nombreux sites avec WNS sont maintenant connus au Canada, et aux Etats-Unis, les Etats du Tennessee et du Missouri sont maintenant touchés (cf. carte ci-dessous mise à jour le 30/04/2010) !

Pour le moment, aucun cas de WNS n’a été reporté en Europe bien que le champignon Geomyces destructans associé avec le WNS en Amérique du Nord ait été découvert en Europe en Mars 2009 (cf. articles précédemment publiés sur le Chiroblog).

Séb.

Carte fournie par Cal Butchkoski, PA Game Commission.

WNS et dommages alaires

jeudi, mars 4th, 2010
Reichard, Kunz- WDI

D'après Reichard & Kunz (2009).

Dans un article récemment publié dans Acta Chiropterologica, J.D. Reichard and T.H. Kunz ont étudie l’évolution du dommage alaire (de la mi-mai à la mi-août 2008) sur 2 colonies de Myotis lucifigus en zone touchée par le WNS (états du Massachusetts et du New Hampshire, USA). Pour cela, les auteurs ont développé un index de dommage alaire (Wing Damage Index, WDI) divisé en 4 catégories, allant de 0 (pas de dommages) à 3 (dommages majeurs). Le détail de cette classification peut être trouvé dans l’article que vous pouvez obtenir en cliquant ici. Les auteurs supposent que les individus affectés par le WNS présentent des WDI plus élevés que les individus non affectés et ceci pourrait avoir un impact direct sur leur taux de survie. En effet, outre la fonction de vol, les ailes jouent un rôle important en termes de thermorégulation, échanges gazeux, équilibre hydraulique, etc. et les auteurs pensent que des dommages sévères sur les ailes (WDI>2) peuvent affecter ces fonctions et ultimement affecter leur succès de chasse.

Au regard des données et hypothèses présentées dans cet article, il serait donc intéressant d’inspecter les membranes (plagiopatagium et uropatagium) et noter l’index de dommage alaire (WDI) en plus que des prises de mesure habituelles que son le poids et la longueur de l’avant bras, ce deux dernières mesures servant à calculer l’index de masse corporelle (BMI : Body Mass Index = poids (en gr.)/longueur de l’AB (en mm)). Ceci étant valable pour toute capture, quelque soit la période.

Séb.

Référence :

Reichard, J.D., and Kunz, T.H. (2009). White-nose syndrome inflicts lasting injuries to the wings of litle brown myotis (Myotis lucifugus). Acta Chiropterologica 11, 457-464.

WNS : mise a jour des connaissances

mercredi, février 24th, 2010

Suite à la conférence tenue a Berlin du 19 au 21 Février 2010, nous allons publier d’ici peu un article faisant un bilan des connaissances sur le WNS. Restez-a l’écoute.

Séb.

Parution de l’étude sur le champignon du ‘White-Nose Syndrome’ (Geomyces destructans) en France

lundi, janvier 4th, 2010

L’article démontrant la présence de Geomyces destructans chez une chauves-souris Européenne (Myotis myotis) viens de paraître en ligne dans le revue Emerging Infectious Disease. L’article est maintenant disponible en ligne avant sa publication dans la parution de Février 2010.

L’article discute trois scénarios possibles :

1-Le champignon viens juste d’arriver en Europe et mets donc en danger les espèces de chauves-souris Européennes. Ceci implique que des mesures de conservation soient mises en place afin de limiter la dispersion du champignon.

2-Le champignon est présent en Europe depuis longtemps. Etant donné qu’aucune mortalité de masse comparable à celle observée aux USA n’a été reportée chez les chauves-souris Européennes, celles-ci sont peut-être immunes au champignon.

3-Le champignon n’est pas l’agent causant la mort des chauves-souris mais joue seulement un rôle d’opportuniste sur des chauves-souris déjà infectées par d’autres agents tels que des virus ou bactéries.

Certaines données présentées plus en détail dans l’article favorisent les scénarios 2 et 3. Cependant, une comparaison des pathogènes chez les chauves-souris Européennes et Américaines infectées par le champignon est nécessaire afin de clairement définir le scénario le plus probable.

Pour plus de détails, veuillez vous référer directement à l’article disponible en cliquant ici.

Séb.

Le champignon du ‘White-Nose Syndrome’ (Geomyces destructans) découvert en Europe

mardi, décembre 8th, 2009

Suite à notre article de Mars 2009 dans lequel nous suspections la présence en France du champignon associé au White Nose Syndrome (WNS), nous avons fait des prélèvements et effectué diverses analyses en laboratoire. Les résultats qui seront très prochainement publiés dans le journal Emerging Infectious Diseases confirment clairement la présence du champignon Geomyces destructans chez une espèce Européenne, Myotis myotis. Cette étude est la première à mettre en évidence ce champignon en dehors du Nord-Est des Etats-Unis. Elle discute les conséquences d’une telle découverte et souligne la nécessité d’étudier le champignon eu Europe. Un nouvel article donnant plus de détails sur cette étude sera posté sur ce site dès la publication de l’article original dans Emerging Infectious Diseases.

Duvet blanc sur le museau d'une <i>Myotis myotis</i>, du à l'infection par le champignon parasite <i>Geomyces destructans</i>.

Duvet blanc sur le museau d'un grand Murin, attribué au champignon géomyce destructeur.

Autres articles liés au WNS postés en cours d’année sur ce même site :

WNS en France ?

Géo-localisation des cas suspects de Syndrome du Museau Blanc

Infos pratiques sur le WNS et les visites de sites d’hivernage à chauves-souris

Suspicion d’apparition du Syndrome du Nez Blanc en France, conseils pour les prélèvements

Protocole de prélèvement non invasif sur chiroptères

Si vous observez des cas possibles de WNS ou que vous voulez plus d’informations sur le WNS, n’hésitez pas à poster un commentaire ou nous contacter directement par e-mail si urgent.

Séb.

Géo-localisation des cas de Syndrome du Museau Blanc présumés en France.

vendredi, mars 13th, 2009

La première version de la carte interactive est maintenant disponible. Cette application permet de référencer et de partager vos observations sur l’apparition et la progression éventuelle du Syndrome du Museau Blanc. Renseignez les champs ‘genre’ et ‘espèce’. Indiquez vos observations particulières dans le champ ‘description’, ainsi que votre nom si vous le souhaitez ou votre identifiant sur ce blog. Indiquez également dans ce champs si un prélèvement a été effectué et dans quelles conditions (prélèvement et conservation). Enfin, le dernier champ vous permet de rentrer les coordonnées du lieu d’observation, ou le lieu-dit/ville le/la plus proche (par exemple: lieu, ville, région, pays). Cliquez ensuite sur « chercher les coordonnées de ce point » puis sur « Ajouter cette observation ».

Le développement de la deuxième version est en cours. Merci de votre patience. N’hésitez pas à poser des questions en cliquant ici ou sur « commentaire » ci-dessous.

Pour une question évidente de fiabilité des informations, vous devez être inscrit sur le blog pour pouvoir ajouter une référence: S’inscrire.

Les champs marqués d'un astérisque sont requis. Remplir les champs ci-dessous. Un utilitaire peu servir à donner les coordonnées d'une localité choisie (ci-dessous). Il est aussi possible de se servir de google map pour déterminer les coordonnées d'un point donné et les coller dans le dernier champ ci-dessous au format: 47.9959494, -4.09977. Chercher les coordonnées de ce point

laisser un commentaire ou poser un question.

pour l’équipe de maintenance du blog;

Merry

Infos pratiques sur le WNS et les visites de sites d’hivernage à chauves-souris

mercredi, mars 11th, 2009

Voici quelques documents qu’il peut être intéressant et/ou utile de lire avant d’aller visiter des sites d’hivernage à chauves-souris. Ces documents visent des gens présents sur le continent Américain où est présent le WNS. Par conséquent, le contenu de ces documents n’est pas toujours applicable en Europe. Ces documents sont en langue anglaise.

Questions fréquement posées (document pdf)

Protocole de désinfection (document pdf)

En resume, voici les précautions a prendre pour éviter la diffusion d’agents biologiques (WNS, virus, etc.):

  • Bottes, semelles de chaussures, gants et ustensiles non métalliques: désinfection par immersion dans une solution de chlore à 10% (Javel ménager, se reporter aux indications du fabricant). La boue des chaussures doit être retirée au maximum avant de quitter le site,
  • Vêtements utilisés dans la grotte: lavage en machine à 60° minimum,
  • Au retour du terrain, prendre une douche (notamment pour se laver les cheveux),
  • Eviter la visite de plusieurs cavités avec le même matériel non désinfecté, les mêmes vêtements non lavés ou les mêmes chaussures non désinfectées.

Seb & Meriadeg.

Protocole de prélèvement non invasif sur chiroptères.

mercredi, mars 11th, 2009

La suspicion de la présence de WNS en France implique une surveillance particulière. Des prélèvements doivent être récoltés en vue d’analyses scientifiques visant à déterminer l’agent biologique impliqué. Toutes les contributions seront appréciées.
Il est possible d’effectuer des prélèvements propres avec du matériel courant (préparer son matériel avant d’aller sur le terrain avec des mains propres, sur un espace dégagé et nettoyé). Il est toujours fortement recommandé de manipuler les animaux avec des gants (si possible anti-coupure) et un masque filtrant (type MP). La manipulation des animaux est réservée aux personnes compétentes et expérimentées. Ne pas manipuler d’animaux en cas de lésion cutanée sur les mains, ou de blessures même légères. La vidéo ci-dessous est a but strictement informatif et à destination de personnes responsables de leurs actes.

La vidéo postée ci-dessous utilise des moyens couramment disponibles. Cependant, des prélèvements d’une meilleure qualité peuvent être obtenus grâce à l’utilisation de kits de prélèvement (écouvillons stériles) disponibles en pharmacie par exemple.

Prélèvement au moyen de matériel couramment disponible:

Matériel: Ciseaux propres, papier d’aluminium, coton-tiges, enveloppes en papier et éventuellement sac plastique à zip et sillica gel.

Penser à bien renseigner les commémoratifs: date de capture, lieu, genre, espèce, numéro éventuel de l’animal si référencé ou bagué, nom du manipulateur, adresse mail.

Désinfection du matériel et précautions pour éviter la diffusion d’agents biologiques:

– Exploitation des prélèvements et des commémoratifs: Informer ce blog de vos activités. Une carte interactive est disponible pour référencer les captures et y rentrer les commémos. Pensez à prendre des photos.

Voir la vidéo ci-dessous:

Merry

Suspicion d’apparition du Syndrome du Nez Blanc en France, conseils pour les prélèvements.

mercredi, mars 11th, 2009

La suspicion de présence du Syndrome du Museau Blanc en France motive la nécessité d’effectuer des prélèvements sur les chiroptères potentiellement porteurs. Un duvet blanc sur le museau, ainsi que des plaques blanches sur le patagium, à proximité des narines ou sur les oreilles sont des signes évoquateurs de la présence d’un champigon. Les prélèvements peuvent être effectués avec parcimonie et précautions.

Minimiser le dérangement des colonies et de l’individu prélevé. Les manipulations doivent prendre en compte le respect du repos hivernal des colonies et ne pas constituer une gêne trop importante sur les individus en hibernation. Les individus en torpeur et isolés sont à privilégier pour les prélèvements. Des photos doivent être prises, de préférence avant et après le prélèvement. Le temps de manipulation d’un animal de doit pas excéder quelques minutes. Dans l’idéal, quelques secondes suffisent pour le prélèvement et dans tous les cas, le port de gants est obligatoire et l’animal ne doit pas être réchauffé (attention à la chaleur dégagée par la main). Le matériel de prélèvement stérile est à privilégier, des kits de prélèvement sont disponibles en pharmacie (écouvillons stériles).

Pour toute travail sur le terrain, et en l’absence de procédures disponibles en français, les dispositions mentionnées dans ce document (en anglais), peuvent être conseillée.

Merry.