Posts Tagged ‘France’

Opération refuges pour les chauves-souris

lundi, décembre 16th, 2013

En France, un grand nombre de chauves-souris accomplit tout ou partie de son cycle de vie dans les éléments bâtis. Les combles, quelque soit leur volume, mais aussi les caves ou les interstices des murs sont des endroits privilégiés par les chauves-souris pour mettre bas, hiberner ou simplement séjourner pendant une ou plusieurs journées. Les jardins, petits ou grands peuvent également héberger des chauves-souris et constituent des terrains de chasse privilégiés, notamment dans les zones gagnées par l’urbanisation.

Il est possible, en adoptant quelques mesures simples, de favoriser l’installation des chiroptères chez soi, ou de favoriser les individus qui peuvent avoir déjà élu domicile dans une habitation. L’Opération Refuges a pour but de promouvoir ces initiatives, de délivrer des conseils techniques adaptés à la biologie des chauves-souris et de saluer les bonnes volontés qui souhaitent s’engager dans cette voie. Elle se présente comme un système de conventionnement, qui associe la Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères et un propriétaire : particulier, collectivité ou entreprise. Elle est soutenue dans chaque région par une structure locale de protection des chauves-souris qui peut apporter ses conseils et son savoir faire dans le domaine, et assurer si besoin le suivi des populations de chiroptères présentes sur le site.

Cette convention engage le propriétaire sur des points simples et peu contraignants, qui peuvent se révéler extrêmement bénéfiques pour les chauves-souris. Des propositions pour aller plus loin dans la protection de ces petits mammifères sont également formulées. Ainsi, si le propriétaire s’engage à limiter les dérangements aux animaux présents et à ne pas boucher les accès qui peuvent mener à sa cave ou son grenier, il lui est également possible d’installer des gîtes artificiels, ou d’adopter des pratiques d’entretien et de jardinage qui favoriseront les chauves-souris dans toute sa propriété. En cas de travaux, les experts régionaux seront là pour le conseiller et limiter les impacts sur les animaux.

Une fois la convention signée, le propriétaire se voit attribuer le label « Refuge pour les chauves-souris » et dispose des différents outils de communication pour mener au mieux cet engagement en faveur de la biodiversité : plaquette, guide technique, autocollant longue durée, et panneau à fixer (moyennant une participation symbolique). Il est ainsi possible d’afficher fièrement son engagement pour les chauves-souris et d’assurer à travers cette opération la promotion de la nature dans tout un quartier. Dans les zones urbaines ou les habitations modernes, ces Refuges seront d’une grande importance pour la conservation de ces animaux. A terme, les différents Refuges ainsi créés pourraient constituer un maillage dense de gîtes et de jardins favorables aux chauves-souris, et contribuer à l’amélioration de l’état des populations de certaines espèces rares.

Devenir Refuge pour les chauves-souris est une démarche simple, qui vous permet de bénéficier de conseils réguliers de la part de spécialistes régionaux et d’intégrer un réseau efficace et dynamique de protection des chauves-souris. Pour ce faire, il suffit de prendre contact avec la SFEPM ou la structure qui relaie l’opération dans votre région et signifier votre désir de constituer un refuge sur votre propriété. L’opération débutée en 2011 compte déjà 207 refuges, dont une centaine en Bretagne.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site internet de l’opération Refuges pour les Chauves-souris.

Jihane pour le Chiroblog

Un référentiel d’activité acoustique des chauves-souris méditerranéenne – zoom sur les travaux de diplôme d’EPHE d’Alexandre Haquart

lundi, novembre 25th, 2013

Ce travail a été mené dans le cadre d’un Diplôme à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes. Son but est de fournir des indices et des chiffres de référence pour les évaluations et les suivis environnementaux. Un protocole pour l’évaluation de l’activité acoustique des Chiroptères relevée au cours de nuits complètes d’enregistrement est proposé. Ce référentiel s’appuie sur une base de données de près d’un million de fichiers d’enregistrements qui ont été collectés entre 2007 et 2011 sur près de 2000 points en France par les experts du bureau d’étude Biotope au moyen d’enregistreurs automatiques d’ultrasons de type Anabat et SM2BAT.

La détectabilité acoustique des chauves-souris est variable en fonction de leurs fréquences d’émissions et des conditions météo (température, humidité) mais également en fonction de facteurs méthodologiques tels que la qualité du matériel et le gain. En parallèle, la fiabilité d’identification des séquences acoustiques au niveau spécifique est grandement variable en fonction notamment des espèces, de la qualité des enregistrements, de la longueur et de la nature des séquences. La variabilité des résultats induite par ces biais est d’autant plus forte que l’unité de mesure est fine et précise, c’est pourquoi des unités de mesures stables face aux facteurs « abiotiques » sont recherchées. Deux indices sont proposés : le pourcentage des points où l’espèce est présente et le nombre de minute d’activité par nuit lorsque l’espèce est présente.

Les résultats d’activités sont présentés pour 30 espèces et groupes d’espèces de chiroptères en zone méditerranéenne. Les espèces qui se contactent le plus sont la Pipistrelle de Kuhl, la Pipistrelle commune et la Pipistrelle pygmée, elles se rencontrent sur environs 80% des points d’enregistrements, avec une moyenne de 50 à 60 minutes d’activité par nuit. La majorité des autres espèces sont contactées sur moins de 40% des points avec moins de 10 minutes d’activité par nuit lorsqu’elles sont présentes.

Une méthode est proposée pour tenter un parallèle entre l’activité des espèces et leurs effectifs de populations. Les résultats d’activité sont pondérés avec la distance de détectabilité des espèces (liée aux ultrasons) et les rayons d’actions connus des individus autour des colonies (liée à la biologie des espèces). D’après cette méthode, le nombre de chauves-souris en zone méditerranéenne serait proche de 10 millions d’individus (dont plus de 8 millions de Pipistrelles). La prise en compte de la détectabilité change l’ordre d’abondance observé entre les espèces. Une espèce très détectable comme le Molosse de Cestoni, se contacte fréquemment sur le terrain mais aurait les effectifs de population les plus faibles de la zone méditerranéenne. Les Rhinolophes, espèces très peu détectables, sont moins rares que les enregistrements ne le laissent paraitre.

Pour finir, une modélisation de l’effort d’échantillonnage est également réalisée afin d’évaluer l’effort nécessaire pour réaliser des inventaires complets. Il en ressort qu’une quinzaine de nuits d’enregistrements semblent fournir des inventaires satisfaisants.

Le document est téléchargeable sur http://www.le-vespere.org/Vesper_ressources.html

Alexandre pour le Chiroblog

Sélection d’articles en Octobre

mardi, octobre 15th, 2013

Une riche sélection d’articles scientifiques vous attend pour ce mois d’Octobre 2013 :

– Un article sur le Syndrome du Museau Blanc avec des analyses histopathologiques sur des chauves-souris européennes infectées par Geomyces destructans. L’étude confirme le fait que le champignon Geomyces destructans est à l’origine des lésions sur les ailes des animaux européens– avec un impact bien moindre du champignon sur les chauves-souris d’Europe comparées à leur congenères d’Amérique du Nord [Télécharger le PDF].

– Un article sur la taxonomie du genre Myotis à l’échelle mondiale. L’étude met en évidence – à l’aide d’arbres phylogénétiques et de modèles biogéographiques – les origines et la radiation du genre à l’échelle mondiale [lien vers le résumé].

– Une autre étude taxonomique, sur des espèces de la famille des Phyllostomidae. Cette étude se base sur des génomes mitochondriaux pour reconstruire la taxonomie des principales « branches » de la famille [lien vers le résumé].

– Une étude basée sur de nombreux marqueurs moléculaires qui identifie la structure actuelle des populations ainsi que les réfuges glaciaires du Petit Rhinolophe lors des récentes glaciations et la recolonisation de l’espèce dans le Paléarctique Ouest [lien vers le résumé].

– Une publication sur les perspectives de l’utilisation de l’ADN pour contrôler les chauves-souris (de l’espèce jusqu’à l’individu) en hibernation, notamment pour limiter le dérangement [Télécharger le pdf].

– Un travail qui étudie les conséquences génétiques de changements climatiques passés (glaciations) et futurs (réchauffement climatique) sur la distribution de l’oreillard gris [lien vers le résumé].

– La taxonomie de Myotis nattereri s’est trouvée récemment bouleversée, l’espèce serait en fait un complexe d’espèces avec notamment le Myotis sp. A. Cette petite note – basée sur des recherches de spécimens dans des Muséums – propose un nouveau nom pour ce taxon [Télécharger le PDF].


Références bibliographiques

Skin lesions in European hibernating bats associated with Geomyces destructans, the etiologic agent of White-Nose Syndrome. Wibbelt G, Puechmaille SJ, Ohlendorf B, Mühldorfer C, Bosch T, Görföl T, Passior K, Kurth A, Lacremans D and Forget F. PLoS ONE, 2013; 8(9): e74105. [doi:10.1371/journal.pone.0074105]

Ruedi, M., Stadelmann, B., Gager, Y., Douzery, E. J. P., Francis, C. M., Lin, L.-K., … Cibois, A. (2013). Molecular phylogenetic reconstructions identify East Asia as the cradle for the evolution of the cosmopolitan genus Myotis (Mammalia, Chiroptera). Molecular Phylogenetics and Evolution, 69(3), 437–449.

Botero-Castro, F., Tilak, M., Justy, F., Catzeflis, F., Delsuc, F., & Douzery, E. J. P. (2013). Next-generation sequencing and phylogenetic signal of complete mitochondrial genomes for resolving the evolutionary history of leaf-nosed bats (Phyllostomidae). Molecular Phylogenetics and Evolution, 69(3), 728–739.

Non-invasive genetics can help find rare species: a case study with Rhinolophus mehelyi and R. euryale (Rhinolophidae: Chiroptera) in western Europe. Puechmaille S and Teeling E. Mammalia, in press. [doi:10.1515/mammalia-2013-0040]

Phylogeography and postglacial recolonisation of Europe by Rhinolophus hipposideros: evidence from multiple genetic markers. Dool, S, Puechmaille S, Dietz C, Juste J, Ibáñez C, Hulva P, Roue S, Petit E, Jones G, Russo D, Toffoli R, Viglino A, Martinoli A, Rossiter SJ and Teeling E. Molecular Ecology, 2013; 22(15): 4055-4070. [doi:10.1111/mec.12373]

The shaping of genetic variation in edge-of-range populations under past and future climate change.
Razgour O, Juste J, Ibáñez C, Kiefer A, Rebelo H, Puechmaille SJ, Arlettaz R, Burke T, Dawson DA, Beaumont M and Jones G. Ecology Letters, 2013; 16(10): 1258-1266. [doi:10.1111/ele.12158]

Vespertilion (Myotis) latipennis (Crespon, 1844) : un nom pour la nouvelle espèce Myotis sp. A du groupe nattereri ? Allegrini B and Puechmaille SJ. Le Vespère, 2013; 3 181-183.

Un nouvel ouvrage sur l’acoustique des chauves-souris européennes

lundi, juillet 30th, 2012

Pour info, le nouveau livre sur l’acoustique des chauves-souris d’Europe
de Michel Barataud est enfin en vente

ÉCOLOGIE ACOUSTIQUE DES CHIROPTÈRES D’EUROPE + 1 DVD
Identification des espèces, étude de leurs habitats et comportements de
chasse
Auteur : Michel Barataud / Coédition : Biotope & MnHn / Collection
Inventaires et Biodiversité
344 pages – Couverture rigide – Format 16,5×24 cm – ISBN 978-2-914817-82-0
– Prix 49€ ttc

Ce nouvel ouvrage dresse le bilan des connaissances acquises depuis près de
vingt ans en matière de détection ultrasonore. Aux premières approches,
purement auditives, il ajoute une autre dimension : l’identification par
l’analyse informatique des ultrasons.
Grâce aux détecteurs toujours plus performants et à l’analyse informatique,
l’auteur démontre qu’il est aujourd’hui possible d’identifier près de 80 %
des contacts ultrasonores, de mener des inventaires et d’entreprendre des
études toujours plus fines sans perturber la moindre
chauve-souris. Ce nouveau manuel bénéficie en outre d’un DVD où sont
regroupés les échantillons sonores illustrant la méthode ainsi que les
fichiers (graphiques) nécessaires à l’identification des espèces.

Plus d’informations sur le blog consacré à la sortie de cet ouvrage.

Vincent

 

 

Rencontres nationales chiroptères au muséum d’histoire naturelle de Bourges, 2012

samedi, mars 10th, 2012

Ce week-end du 2-3-4 mars se déroulaient les rencontres nationales chauves-souris de la SFEPM à Bourges.
Plus de 350 personnes (amateurs ou professionnels) se sont retrouvés autours de présentations d’études, de tables rondes et d’ateliers techniques afin d’échanger et se tenir au courant de l’actualité des Chiroptères. Ces rencontres bisanuelles sont un moment incontournable pour toute personne s’intéresssant aux Chiroptères, à tel point que même nos voisins Francophones Suisses ou Belges font le déplacement.

Le site du Muséum de Bourges met à disposition la liste des participants et le programme de ces 3 jours de rencontres.

Un grand merci à l’équipe organisatrice et aux participants, toujours plus nombreux !

L’équipe du Chiroblog

Actualités en février 2012

mercredi, février 15th, 2012

Petite sélection de liens pour ce mois de Février.

En France :

– un ouvrage sur les chauves-souris des Midi-Pyrénées publié par le Groupe Chiroptères Midi-Pyrénées
avec historique des connaissances, cartes de répartition actuelle, éléments d’écologie régionale et pistes de gestion conservatoire.

– les actes des 3èmes rencontres Chiroptères Grand Ouest, préparé par les naturalistes vendéens, seront bientôt disponibles.

Ailleurs :

– Des nouvelles d’Amérique du Nord, le Syndrôme du Museau Blanc continue malheureusement sa progression

– un article hommage sur la disparition d’Elizabeth Kalko, paru dans la revue Biotropica.
Pour rappel, nous vous avions annoncé la triste nouvelle dans un précédent article.

L’équipe du Chiroblog

 

 

 

Journal Le Vespère : deuxième numéro en ligne !

lundi, janvier 23rd, 2012

Le Vespère vient de sortir son deuxième numéro !

Le Vespère est une revue électronique naturaliste consacrée aux chauves-souris, d’accès libre. Sa vocation est de diffuser facilement et rapidement des informations naturalistes que ne retient pas la littérature scientifique. Le Vespère conserve toutefois une présentation en adéquation avec les standards scientifiques et publie des résultats d’inventaires ponctuels, des études ciblées (ex. compte-rendus de radio-tracking) ou des comptes-rendus d’expéditions. Pour plus d’informations sur la revue, visitez le site du journal Le Vespère.

Bonne lecture,

Séb & Yann

Des chiroptères et des hommes : zoom sur les travaux de Pierline Tournant

dimanche, janvier 15th, 2012

Le petit rhinolophe (Rhinolophus hipposideros) était autrefois une espèce répandue en Europe. Elle a cependant connu une importante réduction de ses effectifs, dont les causes ne sont pas encore bien identifiées. Parmi diverses hypothèses, celle de la diminution et de la fragmentation des habitats spécifiques de l’espèce a été retenue. En effet, le petit rhinolophe a la particularité de se déplacer en suivant les éléments linéaires du paysage, telles que les haies ou lisères de bois. La connectivité paysagère semble donc être un facteur prépondérant dans le maintien de l’espèce.

Dans ce contexte, mon projet de thèse consiste, dans une première partie, à caractériser la connectivité fonctionnelle de l’habitat du petit rhinolophe à l’aide de la méthode des graphes paysagers afin d’évaluer son rôle dans la distribution de l’espèce en Franche-Comté. La seconde partie de la thèse porte sur une étude de la structure génétique spatiale des colonies qui permettra d’analyser finement le rôle du paysage sur la diffusion des gènes, et donc sur la capacité des colonies à maintenir un certain brassage génétique.

A terme, ces résultats visent à prédire l’impact de modifications de la connectivité du paysage sur les populations de petits rhinolophes, dans le cadre par exemple, de la mise en place d’infrastructures de transport.

Pierline (doctorante en écologie du paysage, Université de Franche-Comté)

A la recherche du Petit Rhinolophe

Petit Rhinolophe dans son gîte

Collecte d'échantillons (guano) pour analyses génétiques

Rencontres nationales chauves-souris !

mercredi, novembre 23rd, 2011

Tous les deux ans, les passionnés de chauves-souris se retrouvent à Bourges pour les rencontres nationales ! Samedi 3 et dimanche 4 Mars 2012, les rencontres seront organisées comme d’habitude pour recevoir débutants, amateurs et spécialistes. Le vendredi 2 Mars sera une journée supplémentaire (limitée à 130 personnes), orientée vers des sujets plus « professionnels » comme le rapport Natura 2000 ou les base de données nationales.

Toutes les infos, et notamment la fiche d’inscription, sont sur le site du Muséum de Bourges !

Yann

Identification sonore des chauves-souris européennes

mercredi, novembre 16th, 2011

Plusieurs méthodes d’échantillonnage existent pour mesurer la diversité spécifique et l’abondance des chauves-souris : visite de gîtes, captures au filet, analyses génétiques et aussi détection d’ultrasons. Les sons émis en déplacement et en chasse par les chauves-souris peuvent être enregistrés et servir à une identification jusqu’à l’espèce dans la majorité des cas. Cette dernière méthode basée sur les ultrasons est plébiscitée notamment dans la réalisation d’inventaires car elle n’est pas « invasive » (aucun dérangement car seuls les sons sont enregistrés) et permet des suivis sur des longues durées (certains détecteurs peuvent enregistrer durant toute une nuit). De nombreuses machines ont fait leur apparition ces dernières années, un chiroptérologue s’est amusé à tester et comparer différentes machines sur son blog (en anglais).

éance de détecteur à ultrason

Petite séance de détecteur à ultrason au bord de l'eau

Pour tous ceux qui ne sont pas encore familiers au monde des ultrasons et de l’identification acoustique des chauves-souris, plusieurs ressources sont disponibles. Une liste de documents est disponible sur le site batecho (surtout en anglais) et sur le site de l’Ascalaphe, incluant un document collaboratif sur la détermination des Murins (genre Myotis). La liste batsound(yahoogroups) vous permettra de vous familiariser à l’analyse et l’identification de sonagrammes (enregistrements), vous pouvez même envoyer vos sons pour avis !

Sonogramme de Myotis sp. enregistré en Juillet 2007 à Saint-Renan (Finistère) obtenu à l'aide d'un détecteur à ultrasons et d'un enregistreur et analysé à l'aide du logiciel Batsound

Enfin, le programme de sciences citoyennes Vigie-Nature du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris met à disposition de tous de la documentation et des fiches espèces (les plus communes) sur l’identification sonore des chauves-souris françaises. Vous pouvez dès maintenant participer au suivi national des chauves-souris et rejoindre l’équipe de bénévoles en contactant le Muséum.

Yann et Yves