Posts Tagged ‘Europe’

Chiroptères en Albanie: zoom sur la thèse de Philippe Théou

dimanche, juillet 27th, 2014

L’Albanie, petit pays du sud ouest balkanique, n’est pas (encore !) très connu par le grand public, ni d’ailleurs par sa diversité d’habitats et en chiroptères. Et pourtant, pas moins de 32 espèces ont pour le moment été identifiées dans ce pays grand comme la Bretagne.


Cependant, malgré cette richesse spécifique, les connaissances sur les chauves souris d’Albanie sont encore très lacunaires. Entre 1950 et 1994, seulement trois publications apparaissent : Hanak V. et al. (1961), Hurka, K. (1962), Lamani F. (1970). A partir des années 1990, plusieurs chercheurs étrangers ont séjournés en Albanie, permettant d’identifier de nouvelles espèces pour le pays, et soulignant quelques observations intéressantes de colonies. Mais les connaissances sur la répartition et le suivi des populations sont restées très limitées.

C’est en partant de cette observation que la premiere thèse sur les chiroptères a débuté en septembre 2012, à l’Université de Tirana, avec comme objectif d’étudier la dynamique de population des espèces cavernicoles. Ce projet se focalise sur les quelques zones du territoire où des données historiques sont disponibles : le Parc National de Prespa (Papadatou et al, 2011), à la frontière de la Macédoine et de la Grèce, et quelques grottes et bunkers visités dans les années 60 et 90 par des chercheurs étrangers.

Pour la première fois en Albanie, un protocole de suivi est mis en place, et permet d’apporter des élèments de réponses vis-à-vis de l’actuelle situation des populations de chauves-souris dans le pays.


Pour prendre l’exemple du parc national de Prespa, il a tout d’abord fallu identifier les stations (grottes ou bunkers/tunnels) utilisés par les chiroptères. De 8 stations connues en 2011, le réseau est aujourd’hui composé de 43 stations utilisées au cours de l’année. Ces stations sont visitées de facon régulière, afin d’identifier les espèces présentes, le nombre d’individus, et l’utilisation faite du site. Ce travail étant realisé en coopération avec les chercheurs de Macedoine et de Grèce, l’objectif final est de connaître l’état des populations de chiroptères dans cette vaste zone, et d’améliorer la conservation de ces espèces grâce à une cooperation renforcée entre les différents partenaires de la région.


La collecte de données est encore en cours, mais l’on peut déjà souligner la découverte de colonies de Miniopterus schreibersii (plus de 3000 en tout), de Myotis cappaccinii (2000), de Rhinolophus hipposideros (plus de 300). Les premieres données concernant l’hibernation en Albanie soulignent l’utilisation des grottes de Prespa par au moins 6 espèces.


De plus, plusieurs observations intéressantes pour la région ont été réalisées, avec Tadarida teniotis, Plecotus kolombatovici ou encore Eptesicus serotinus.


En parallèle de cette recherche, plusieurs centaines de bunkers, grottes et maisons ont été visités depuis 2011, ce qui avec plusieurs heures d’enregistrement via le D1000X a permis d’augmenter considérablement les connaissances sur la repartition des espèces en Albanie. Cette collecte de données est accompagnée d’un soutien et d’une formation aux étudiants Albanais pour la recherche sur les chiroptères, ainsi que d’une communication vers le grand public, comme la réalisation de la première nuit de la chauve-souris pour le pays en 2013.

Philippe Théou pour le Chiroblog

Pour en savoir plus :
Site internet du projet
Page facebook du projet

Bibliographie :

Bego, F., Griffiths, H.I. (1994): Preliminary data on the bats (Mammalia, Chiroptera) of Albania. Stud. Speleol. 9: 21-25.

Hanak V., Lamani F., Muraj X. (1961) : Tê dhëna nga përhapja e lakuriqëve të natës. Bul. Univ. Shtetëtor Tiranës Seria Shk. Natyrore Nr.3 : 124-158.

Hurka, K. (1962): Beitrag zur Nycteribiiden -und Strebli denfauna Albaniens nebst Bemerkungen zur Fauna von Bulgarien; Ungarn und UdSSR. Acta Soc. Ent. Czechoslov. 59(2): 156-164.

Lamani F. (1970) : Lloje të raja lakuriqesh nate në vëndin tonë. Bul. Univ. Shtetëtor Tiranës Seria Shk. Natyrore Nr.2 : 143-150.

Papadatou E, Grémillet X, Bego F, Petkovski S, Stojkoska E, Avramoski O, Kazoglou Y (2011): Status survey and conservation action plan for the bats of Prespa. Society for the Protection of Prespa, Agios Germanos, pp 170.
Théou, P., Bego, F. (2013): Etude des populations de chiroptères de l’île de Sazani. Note naturaliste Initiative PIM. 12 pp.

Schieffler, V.I., Bego, F., Théou, P., Podany, M., Pospischil, R., Hubner, S., (2013): Ektoparasiten der Fledermäuse in Albanien – Artenspektrum und Ëirtsbindung. Nyctalus (N.F.), Berlin 18, Heft 1, S. 84-109.

Uhrin M, Horacek I, Šibl J, Bego F (1996): On the bats (Mammalia: Chiroptera) of Albania: survey of the recent records. Acta Soc. Zool. Bohem. 60: 63-71.

Description d’une nouvelle espèce de Minioptère dans l’ouest Paléarctique

lundi, mai 5th, 2014

La dernière décennie a vu bon nombre de nouvelles espèces de Chiroptères décrites, y compris dans l’ouest du Paléarctique. Parmi ces espèces nouvellement décrites, une large majorité constitue ce que l’on appelle des espèces cryptiques, c’est-a-dire des espèces qui sont morphologiquement très proches d’une ou plusieurs autres espèces. Ces fortes similarités morphologiques sont les raisons pour lesquelles ces espèces ont échappées (au sens figuré du terme) aux taxonomistes traditionnels utilisant très souvent uniquement des caractères morphologiques pour identifier et différencier les espèces.

Dans l’étude tout juste publiée dans la Revue internationale Zootaxa, nous avons utilisé une approche intégrative combinant des analyses cranio-dentaires, des marqueurs moléculaires mitochondriaux et nucléaires ainsi que des données acoustiques pour démontrer la présence dans le genre Miniopterus d’une espèce cryptique en provenance du Maghreb. Cette espèce était auparavant reconnue en tant que Miniopterus schreibersii (Kuhl, 1817). Miniopterus maghrebensis sp. nov. est différencié de M. schreibersii sensu stricto sur la base de caractères crâniaux ainsi que des marqueurs moléculaires mitochondriaux et des microsatellites. Bien que de petites différences morphologiques externes et acoustiques aient été notées entre les deux espèces, ces critères à eux seuls ne permettent pas d’identifier de manière fiable les animaux sur le terrain. Sur la base d’identifications morphologiques et/ou génétiques de spécimens, M. maghrebensis sp. nov. s’étends du nord du Maroc jusqu’au sud des montagnes du Haut Atlas et au nord de la Tunisie. Cette nouvelle espèce cryptique est trouvée en sympatrie avec M. schreibersii s.str. près des régions côtières d’Afrique du Nord.

Le PDF de l’article entier avec entre autres des photos d’individus de la nouvelle espèce et des données acoustiques est disponible gratuitement en cliquant sur le lien suivant : http://www.mapress.com/zootaxa/2014/f/zt03794p124.pdf

Sébastien & Benjamin (au nom de tous les coauteurs).

Référence bibliographique
Puechmaille SJ, Allegrini B, Benda P, Gürün K, Šrámek J, Ibañez C, Juste J, Bilgin R (2014) A new species of the Miniopterus schreibersii species complex (Chiroptera: Miniopteridae) from the Maghreb Region, North Africa. Zootaxa, 3794, 108-124.

 

Sélection d’articles en Octobre

mardi, octobre 15th, 2013

Une riche sélection d’articles scientifiques vous attend pour ce mois d’Octobre 2013 :

– Un article sur le Syndrome du Museau Blanc avec des analyses histopathologiques sur des chauves-souris européennes infectées par Geomyces destructans. L’étude confirme le fait que le champignon Geomyces destructans est à l’origine des lésions sur les ailes des animaux européens– avec un impact bien moindre du champignon sur les chauves-souris d’Europe comparées à leur congenères d’Amérique du Nord [Télécharger le PDF].

– Un article sur la taxonomie du genre Myotis à l’échelle mondiale. L’étude met en évidence – à l’aide d’arbres phylogénétiques et de modèles biogéographiques – les origines et la radiation du genre à l’échelle mondiale [lien vers le résumé].

– Une autre étude taxonomique, sur des espèces de la famille des Phyllostomidae. Cette étude se base sur des génomes mitochondriaux pour reconstruire la taxonomie des principales « branches » de la famille [lien vers le résumé].

– Une étude basée sur de nombreux marqueurs moléculaires qui identifie la structure actuelle des populations ainsi que les réfuges glaciaires du Petit Rhinolophe lors des récentes glaciations et la recolonisation de l’espèce dans le Paléarctique Ouest [lien vers le résumé].

– Une publication sur les perspectives de l’utilisation de l’ADN pour contrôler les chauves-souris (de l’espèce jusqu’à l’individu) en hibernation, notamment pour limiter le dérangement [Télécharger le pdf].

– Un travail qui étudie les conséquences génétiques de changements climatiques passés (glaciations) et futurs (réchauffement climatique) sur la distribution de l’oreillard gris [lien vers le résumé].

– La taxonomie de Myotis nattereri s’est trouvée récemment bouleversée, l’espèce serait en fait un complexe d’espèces avec notamment le Myotis sp. A. Cette petite note – basée sur des recherches de spécimens dans des Muséums – propose un nouveau nom pour ce taxon [Télécharger le PDF].


Références bibliographiques

Skin lesions in European hibernating bats associated with Geomyces destructans, the etiologic agent of White-Nose Syndrome. Wibbelt G, Puechmaille SJ, Ohlendorf B, Mühldorfer C, Bosch T, Görföl T, Passior K, Kurth A, Lacremans D and Forget F. PLoS ONE, 2013; 8(9): e74105. [doi:10.1371/journal.pone.0074105]

Ruedi, M., Stadelmann, B., Gager, Y., Douzery, E. J. P., Francis, C. M., Lin, L.-K., … Cibois, A. (2013). Molecular phylogenetic reconstructions identify East Asia as the cradle for the evolution of the cosmopolitan genus Myotis (Mammalia, Chiroptera). Molecular Phylogenetics and Evolution, 69(3), 437–449.

Botero-Castro, F., Tilak, M., Justy, F., Catzeflis, F., Delsuc, F., & Douzery, E. J. P. (2013). Next-generation sequencing and phylogenetic signal of complete mitochondrial genomes for resolving the evolutionary history of leaf-nosed bats (Phyllostomidae). Molecular Phylogenetics and Evolution, 69(3), 728–739.

Non-invasive genetics can help find rare species: a case study with Rhinolophus mehelyi and R. euryale (Rhinolophidae: Chiroptera) in western Europe. Puechmaille S and Teeling E. Mammalia, in press. [doi:10.1515/mammalia-2013-0040]

Phylogeography and postglacial recolonisation of Europe by Rhinolophus hipposideros: evidence from multiple genetic markers. Dool, S, Puechmaille S, Dietz C, Juste J, Ibáñez C, Hulva P, Roue S, Petit E, Jones G, Russo D, Toffoli R, Viglino A, Martinoli A, Rossiter SJ and Teeling E. Molecular Ecology, 2013; 22(15): 4055-4070. [doi:10.1111/mec.12373]

The shaping of genetic variation in edge-of-range populations under past and future climate change.
Razgour O, Juste J, Ibáñez C, Kiefer A, Rebelo H, Puechmaille SJ, Arlettaz R, Burke T, Dawson DA, Beaumont M and Jones G. Ecology Letters, 2013; 16(10): 1258-1266. [doi:10.1111/ele.12158]

Vespertilion (Myotis) latipennis (Crespon, 1844) : un nom pour la nouvelle espèce Myotis sp. A du groupe nattereri ? Allegrini B and Puechmaille SJ. Le Vespère, 2013; 3 181-183.

iBatsID: un outil en ligne pour l’identification des cris de chauves-souris européennes

mercredi, août 8th, 2012

Un nouveau logiciel d’identification, par classification automatique des ultrasons des chauves-souris vient de voir le jour. Son utilisation reste similaire à ce qui est actuellement courant dans ce domaine. Les nouveautés majeures sont sa gratuité et mode d’utilisation (plateforme Java hébergée en ligne sur internet) ainsi que son impressionante aire d’utilisation (Europe). L’utilisateur entre les valeurs de différents paramètres acoustiques (ex. durée des cris, pic de fréquence, fréquence terminale, etc.) et le logiciel iBatsID retourne la probabilité de chaque cri d’appartenir aux différentes espèces. L’identification jusqu’à ce niveau là étant donc totalement quantitative (probabiliste). L’interprétation des résultats probabilistes étant ensuite laissée à l’utilisateur. Les mesures des paramètres acoustiques peuvent être effectués sous différents logiciels bien que les mesures soient optimisées sous le logiciel payant Sonobat.

De par l’utilisation de sons de références d’une très grande diversité (sur les plans inter comme intra-spécifique et sur leurs provenances géographique), la possibilité de comparer des informations sur les populations de chauves-souris échantillonnées acoustiquement est désormais possible à l’échelle européenne. Deux limites principales sont discutées, la précision moindre vis-à-vis d’autres méthodes à portée plus locale (mais avec moins d’espèces incluses) et la faible fiabilité d’identification des Myotis au niveau spécifique (problème récurrent pour toutes les méthodes disponibles jusqu’à ce jour).

Plus d’explications sur le site internet iBat : https://sites.google.com/site/ibatsresources/iBatsID

Séb, Dorian et Yann

 

 

 

Les actualités principales en bimensuel.

mercredi, décembre 7th, 2011

Nous espérons pouvoir vous délivrer un récapitulatif sur l’actualité des chauves-souris dans le monde toutes les deux semaines.

Pour les bonnes nouvelles, les résultats du concours photo pour l’année de la chauve-souris sont en ligne. Félicitations à tous les lauréats ! De plus, nous avons concocté une petite sélection d’articles:

– un papier dans Nature qui confirme le lien entre le champignon Geomyces destructans et le Syndrôme du Museau Blanc (« White Nose Syndrome ») [lien vers le résumé en Anglais].

– un papier dans Nature Communications qui étudie la spéciation chez le plus petit mammifère du Monde, la chauve-souris bourdon (cf. article détaillé d’hier à propos de ce papier sur le Chiroblog), [télécharger le PDF],

– un papier sur le Murin de Natterer (Myotis nattereri), un complexe qui comprendrait 4 espèces dans le Paléarctique Ouest ! [lien vers le résumé en Anglais]

– un deuxieme papier sur le complexe d’espèces du Murin de Natterer qui présente la distribution des ces nouvelles espèces découvertes en France et la possible présence d’une espèce nouvelle pour la science en Corse [télécharger le PDF],

– un papier sur l’effet d’une grande route sur l’activité et la diversité des Chiros [lien vers le résumé en Anglais].

C’est tout pour aujourd’hui, à bientôt pour un nouveau point sur l’actualité des chauves-souris !

Pour l’équipe du Chiroblog,

Yann, Meriadeg & Séb

PS : Pour les utilisateurs de Twitter, RDV sur @bat_yann, @henlakebats et @SmileyBat pour plus d’infos chiros !

A vos agendas !

vendredi, mars 25th, 2011

De nombreux évènements concernant les chauves-souris sont à venir, il y en aura pour tout le monde !

– Les Rencontres Grand Est, le week-end du 26-27 Mars en Alsace.

– Le Congrès des Conservatoires d’Espaces Naturels du 04 au 07 Avril à Aix les Bains (avec un forum Chiroptères) qui compte déjà près de 900 inscrits ce jour.

– Les Rencontres Grand Ouest en Bretagne à Kernascléden (après l’été). Plus d’informations prochainement sur le site de l’asso organisatrice : Amikiro.

– Le Congrès Européen de Mammalogie, du 19 au 23 Juillet à Paris (en anglais).

– Le Colloque européen Chauves-souris, du 22 au 26 Août en Lituanie.

– Les Rencontres Grand Sud qui auront lieu les 5 et 6 Novembre dans les Gorges du Gardon, organisées dans le cadre du LIFE ChiroMed.

Yann

WNS : mise à jour de la carte de répartition

lundi, mai 3rd, 2010

La zone WNS continue de s’étendre en Amérique du Nord à une vitesse inégalée jusqu’à présent. De nombreux sites avec WNS sont maintenant connus au Canada, et aux Etats-Unis, les Etats du Tennessee et du Missouri sont maintenant touchés (cf. carte ci-dessous mise à jour le 30/04/2010) !

Pour le moment, aucun cas de WNS n’a été reporté en Europe bien que le champignon Geomyces destructans associé avec le WNS en Amérique du Nord ait été découvert en Europe en Mars 2009 (cf. articles précédemment publiés sur le Chiroblog).

Séb.

Carte fournie par Cal Butchkoski, PA Game Commission.

Un virus de la famille des Virus Ebola et Marburg détecté chez des Minioptères (mortalité massive de l’été 2002)

lundi, mai 3rd, 2010

Un virus proche du Virus Ebola (Filoviridae), mais à priori non pathogène pour l’homme, viens d’être détecté sur des cadavres de chauves-souris en provenance de la Province des Asturies (Nord-Ouest de l’Espagne) (Information Pro-MED). Les résultats encore non publiés on été présentés par le Professeur Francisco Llinares à la IVème Conférence de Microbiologie et Santé Publique a l’Université de San Pablo CEU.

Assez peu de détails sont disponibles sur cette étude mais à priori, il s’agirait de cadavres récoltés lors de la mortalité massive observée en 2002 chez Miniopterus schreibersii. Dans le communiqué de Pro-MED, il est dit que lorsqu’un groupe de chercheurs sont venus contrôler les cadavres suite à cette mortalité massive, ils ont réalisé qu’un Filovirus était la cause de mortalité (« Only when by chance a group of researchers came to check [on these bat deaths] did they realize that an ebolavirus was the cause of the mortality« ). Les informations présentées dans ce communique Pro-MED sont assez limitées et le détail des études effectuées n’a pas été exposé. Cependant, ce communiqué suggère que la mortalité massive de 2002 chez Miniopterus schreibersii a été causée par ce nouveau Filovirus.

Plus d’informations seront postées sur ce site des que les détails de cette étude seront publiés. Néanmoins, cette découverte nous rappelle une fois de plus que nous connaissons mal les virus présents chez les Chiroptères Européens. Tout phénomène de mortalité massive chez les chiroptères nécessite des études avancées sur les cadavres, notamment en virologie.

Séb.

WNS : mise a jour des connaissances

mercredi, février 24th, 2010

Suite à la conférence tenue a Berlin du 19 au 21 Février 2010, nous allons publier d’ici peu un article faisant un bilan des connaissances sur le WNS. Restez-a l’écoute.

Séb.