Archive for juillet, 2009

Conduite à tenir en cas de rencontre de cadavres de chiroptères

jeudi, juillet 2nd, 2009

Avec les évènements liés à l’apparente arrivée du syndrome du museau blanc (SMB – WNS) en France, et le signalement de cas de mortalité dans des colonies de chiroptères, il semble judicieux de rappeler les règles de prudence lors de la découverte de cadavres de chauves-souris. Si la rage représente le risque le plus important, d’autres agents pathogènes peuvent aussi être transmis, ou simplement disséminés à l’occasion d’un contact avec des animaux trouvés morts. Il faut donc éviter le contact direct avec les cadavres de chiroptères, aussi bien pour les humains que pour les animaux domestiques.

Cadavre de Tadarida plicata.

Cadavre de Tadarida plicata, sous une colonie, Thaïlande. ©/LCC Meriadeg Le Gouil

Les cadavres ne doivent en aucun cas être manipulés sans gants (en latex à usage unique) et la loi interdit de les récolter. Le port de masques filtrants (type FFP2, FFP3 ou au minimum, masque à poussière) est conseillé dans tout type de dortoir à chiroptères. Les personnes disposant d’autorisations pour effectuer des recherches, des comptages ou des collectes de cadavres se protègent de cette manière des éventuelles maladies transportées par les chiroptères. Les cadavres sont placés dans des sacs individuels en plastique fermé. Ces sacs sont disposés dans un ou plusieurs autres sacs pour accroître le niveau de confinement et ainsi éviter les fuites de fluides potentiellement contaminants (sang, urine, lysat, jus). Les cadavres sont ensuite refroidis à 4°c le plus rapidement possible, pour améliorer les conditions de conservation. Suivant les tests ultérieurs a effectuer et la fraîcheur des cadavres, des températures plus basses (entre -20° pour un congélateurs classique et -195°c pour l’azote liquide) peuvent être nécessaires (en contenants appropriés). Les cadavres sont ensuite acheminés vers le laboratoire où ils sont stockés en conditions stabilisées ou directement utilisés pour les analyses. Les deux facteurs les plus important a respecter sont la mise à basse température le plus rapidement possible après la mort de l’animal et la propreté des cadavres.

Meriadeg.