Archive for mars, 2009

La Grande Noctule en Aveyron

vendredi, mars 20th, 2009

Parmi les 4 espèces de Chiroptères ayant le statut de « données insuffisantes » dans la liste rouge de l’IUCN, se trouve la Grande noctule, Nyctalus lasiopterus. L’annexe 6 du second (et dernier) plan de restauration national des Chiroptères mentionne cette espèce par un unique point en France métropolitaine (en Charente) ainsi que deux points en Corse. Cette rareté sur la carte ne reflète certainement pas ce qu’il se passe en réalité.

Par exemple, entre avril 2007 et juillet 2008, j’ai parcouru le Nord-Aveyron et fait des enregistrements sur différents sites (moins de 15 soirées d’enregistrements). Au total, la Grande noctule a été enregistrée sur 5 sites différents, tous espacés d’au moins 4-5 kilomètres. Avant 2004, lorsqu’un individu fut capturé dans le centre du département, la Grande noctule n’avait jamais été contactée en Aveyron. Ceci fortement suggère que l’absence de l’espèce jusqu’en 2004 était simplement due à un manque de prospection ou à des prospections inappropriées pour contacter cette espèce. Ceci est également illustré dans les départements voisins ou limitrophes où au cours des 5 dernières années, l’espèce a été contactée sur plusieurs sites en Lozère, Haute-Loire (voir l’Atlas des Chiroptères du Midi) et Cantal (Joel Bec & Jean-François Julien, com. pers.).

La banalisation des appareils pouvant enregistrer les ultrasons a permis au cours de ces dernières années d’augmenter considérablement les données récoltées. Il est tout de même important de noter que l’identification des espèces à partir d’enregistrements sonores n’est pas toujours fiable à 100%, les cris d’une Grande noctule pouvant en effet ressembler à ceux d’un Molosse de Cestoni (Tadarida teniotis) (Haquart & Disca, 2007).

Séb.

Liste rouge des especes menacees en France 2009

jeudi, mars 19th, 2009

La liste rouge des espèces menacées en France vient d’être publiée et révèle que 11 espèces de mammifères sur 119 évaluées sont menacées de disparition du territoire métropolitain. Sur les 34 espèces de Chiroptères présentes sur le territoire, une est classée en danger critique d’extinction (CR; Rhinolophus mehelyi), trois vulnérables (VU; Miniopterus schreibersii, Myotis capaccini & Myotis punicus), sept en quasi-menacées (NT; Rhinolophus ferrumequinum, Rhinolophus euryale, Myotis bechsteinii, Myotis blythii, Nyctalus noctula, Nyctalus leisleri, Pipistrellus nathusii) et 18 en préoccupation mineure (LC; voir la liste sur le communiqué de presse), 4 en données insuffisantes (DD; Myotis escalerai, Nyctalus lasiopterus, Plecotus macrobullaris & Vespertilio murinus) et enfin, une espèce n’a pas été évaluée car considérée comme une espèce présente en métropole de manière marginale ou occasionnelle (NA; Myotis dasycneme).

Seb.

Observation de chiroptère en activité de chasse en Finistère Sud – Bretagne

mercredi, mars 18th, 2009

Il est probable que l’anticyclone qui prolonge sa présence ces derniers jours (climat estival dans certaines régions), aura provoqué des observations similaires un peu partout en France. La soirée du 17 mars aura été, pour moi, l’occasion d’observer la première activité de chasse de la saison (sur ce site de Quimper). Alors que nous sommes encore en hiver. Il s’agissait très probablement d’une pipistrelle, dont plusieurs individus nichent dans les maisons aux alentours.

Merry.

Laisser un commentaire.

Faune sauvage de l’Aveyron : Atlas des vertébrés

mardi, mars 17th, 2009

L’atlas des vertébrés de l’Aveyron est paru en octobre dernier et propose environ 400 monographies et cartes de répartitions (270 000 observations), dont 24 espèces de Chiroptères. Cet ouvrage, publié par la Ligue pour la Protection des Oiseaux Aveyron, est intitulé « Faune sauvage de l’Aveyron – Atlas des vértébrés » (Editions du Rouergue; ISBN : 978 2 84158 973 1).

Cliquer ici pour voir une présentation de l’ouvrage (pdf).

51gmw3c0zgl_ss500_1

Couverture de l'ouvrage

Séb.

Description d’une nouvelle espèce de Molossidae – le Dr. François Moutou à l’honneur

lundi, mars 16th, 2009

Une nouvelles espèce de Molossidae originaire des Iles Maurice vient d’être décrite en l’honneur de François Moutou (Unité d’Epidémiologie, AFSSA, Maisons-Alfort, France). L’espèce Mormopterus acetabulosus était auparavant décrite comme présente sur les Iles Maurice et la Réunion. Cependant, une étude morphologique et génétique, menée sur ces différentes îles, a montré que les individus de la Réunion peuvent être regroupés au sein d’une nouvelle espèce. Les auteurs ont nommé cette nouvelle espèce Mormopterus francoismoutoui en l’honneur du docteur François Moutou.

L’article en question peut-être téléchargé en suivant le présent lien (nécessite un accès à BioOne ou au Journal of Mammalogy). La référence de l’article est : Goodman, S. M., B. Jansen van Vuuren, F. Ratrimomanarivo, J.-M. Probst & R. C. K. Bowie (2008). Specific status of populations in the Mascarene Islands referred to Mormopterus acetabulosus (Chiroptera: Molossidae), with description of a new species. Journal of Mammalogy 89: 1316-1327.

Seb.

Des chiroptères et des Hommes – L’exploitation des déjections de chiroptères

lundi, mars 16th, 2009

Thèmes – Des chiroptères et des Hommes

Ce sujet sur l’exploitation des fèces de chiroptères est le premier post du thème « Des chiroptères et des Hommes ». Cette série, proposée sur un thème volontairement très ouvert, est destinée à accueillir tous les sujets traitant de situations de rencontre entre les humains et les chauves-souris. Toute contribution sera la bienvenue, qu’elle soit écrite ou en images. Pour publier sur un thème, les recommandations sont les suivantes: le titre de l’article commence par le titre de la série (ici: Des chiroptères et des Hommes -) et le thème est également mentionné dans les catégories (pour faciliter les recherches). Il est aussi possible de participer à ce thème en rédigeant un commentaire.

Thème – L’exploitation des déjections de chiroptères

Les grandes colonies de chiroptères sont sources de production importante de déjections. Le sol de certaines cavernes est recouvert d’une couche de plusieurs dizaines de centimètres de fèces. C’est le cas en Thaïlande, où a été tourné ce film (Caverne à (Tadarida plicata, en Ratchaburi – voir ci-dessous). Le guano recouvrant le sol de caverne abritant d’énormes colonies de certaines espèces (Tadarida plicata ou Taphozous par exemple en Thaïlande) est exploité pour ses valeurs fertilisantes. Constituant un engrais puissant, car elles recèlent une forte teneur en azote sous diverse formes (ammoniaques, nitrites, nitrates), les déjections de chauves-souris sont souvent récoltées puis conditionnées avant d’être vendues en gros ou au détail pour la fertilisation de cultures maraîchères ou ornementales. Un autre avantage de cet engrais naturel est qu’il contient de nombreuses bactéries provenant pour partie de l’intestin des chauves-souris et dont l’une des propriétés remarquables est de produire une enzyme ayant la capacité de dégrader la chitine, constituant élémentaire du squelette externe des insectes. Ces chitinases confèrent au guano des propriétés insecticides et nématicides naturelles intéressantes pour les exploitants agricoles. L’exploitation de cet engrais naturel est fonction de la taille de la colonie et de l’accessibilité de la grotte; certains sites produisent toute l’année et sont exploités de façon quasi industrielle en employant plusieurs dizaines de personnes (la grotte à Tadarida plicata de Ratchaburi en est un exemple en Thaïlande). D’autres sites, même plus modestes, représentent une part importante des revenus de certains villages qui les exploitent et ils deviennent donc l’objet de titres d’exploitations accordés aux villageois par le gouvernement. La responsabilité de ces sites est donc confiées aux villageois qui en gèrent les droits d’accès et le développement éventuel. La récolte des fèces est peu ou pas mécanisée, et l’équipement est plutôt rudimentaire. Les conditions de travail dans l’atmosphère étouffante et chargée de vapeur d’ammoniac sont particulièrement pénibles.

Géo-localisation de la caverne de Ratchaburi en Thaïlande, colonisée par des Tadarida plicata (et quelques Taphozous)


Pour l’équipe de maintient du chiroblog,
Merry

Géo-localisation des cas de Syndrome du Museau Blanc présumés en France.

vendredi, mars 13th, 2009

La première version de la carte interactive est maintenant disponible. Cette application permet de référencer et de partager vos observations sur l’apparition et la progression éventuelle du Syndrome du Museau Blanc. Renseignez les champs ‘genre’ et ‘espèce’. Indiquez vos observations particulières dans le champ ‘description’, ainsi que votre nom si vous le souhaitez ou votre identifiant sur ce blog. Indiquez également dans ce champs si un prélèvement a été effectué et dans quelles conditions (prélèvement et conservation). Enfin, le dernier champ vous permet de rentrer les coordonnées du lieu d’observation, ou le lieu-dit/ville le/la plus proche (par exemple: lieu, ville, région, pays). Cliquez ensuite sur « chercher les coordonnées de ce point » puis sur « Ajouter cette observation ».

Le développement de la deuxième version est en cours. Merci de votre patience. N’hésitez pas à poser des questions en cliquant ici ou sur « commentaire » ci-dessous.

Pour une question évidente de fiabilité des informations, vous devez être inscrit sur le blog pour pouvoir ajouter une référence: S’inscrire.

Les champs marqués d'un astérisque sont requis. Remplir les champs ci-dessous. Un utilitaire peu servir à donner les coordonnées d'une localité choisie (ci-dessous). Il est aussi possible de se servir de google map pour déterminer les coordonnées d'un point donné et les coller dans le dernier champ ci-dessous au format: 47.9959494, -4.09977. Chercher les coordonnées de ce point

laisser un commentaire ou poser un question.

pour l’équipe de maintenance du blog;

Merry

Infos pratiques sur le WNS et les visites de sites d’hivernage à chauves-souris

mercredi, mars 11th, 2009

Voici quelques documents qu’il peut être intéressant et/ou utile de lire avant d’aller visiter des sites d’hivernage à chauves-souris. Ces documents visent des gens présents sur le continent Américain où est présent le WNS. Par conséquent, le contenu de ces documents n’est pas toujours applicable en Europe. Ces documents sont en langue anglaise.

Questions fréquement posées (document pdf)

Protocole de désinfection (document pdf)

En resume, voici les précautions a prendre pour éviter la diffusion d’agents biologiques (WNS, virus, etc.):

  • Bottes, semelles de chaussures, gants et ustensiles non métalliques: désinfection par immersion dans une solution de chlore à 10% (Javel ménager, se reporter aux indications du fabricant). La boue des chaussures doit être retirée au maximum avant de quitter le site,
  • Vêtements utilisés dans la grotte: lavage en machine à 60° minimum,
  • Au retour du terrain, prendre une douche (notamment pour se laver les cheveux),
  • Eviter la visite de plusieurs cavités avec le même matériel non désinfecté, les mêmes vêtements non lavés ou les mêmes chaussures non désinfectées.

Seb & Meriadeg.

Protocole de prélèvement non invasif sur chiroptères.

mercredi, mars 11th, 2009

La suspicion de la présence de WNS en France implique une surveillance particulière. Des prélèvements doivent être récoltés en vue d’analyses scientifiques visant à déterminer l’agent biologique impliqué. Toutes les contributions seront appréciées.
Il est possible d’effectuer des prélèvements propres avec du matériel courant (préparer son matériel avant d’aller sur le terrain avec des mains propres, sur un espace dégagé et nettoyé). Il est toujours fortement recommandé de manipuler les animaux avec des gants (si possible anti-coupure) et un masque filtrant (type MP). La manipulation des animaux est réservée aux personnes compétentes et expérimentées. Ne pas manipuler d’animaux en cas de lésion cutanée sur les mains, ou de blessures même légères. La vidéo ci-dessous est a but strictement informatif et à destination de personnes responsables de leurs actes.

La vidéo postée ci-dessous utilise des moyens couramment disponibles. Cependant, des prélèvements d’une meilleure qualité peuvent être obtenus grâce à l’utilisation de kits de prélèvement (écouvillons stériles) disponibles en pharmacie par exemple.

Prélèvement au moyen de matériel couramment disponible:

Matériel: Ciseaux propres, papier d’aluminium, coton-tiges, enveloppes en papier et éventuellement sac plastique à zip et sillica gel.

Penser à bien renseigner les commémoratifs: date de capture, lieu, genre, espèce, numéro éventuel de l’animal si référencé ou bagué, nom du manipulateur, adresse mail.

Désinfection du matériel et précautions pour éviter la diffusion d’agents biologiques:

– Exploitation des prélèvements et des commémoratifs: Informer ce blog de vos activités. Une carte interactive est disponible pour référencer les captures et y rentrer les commémos. Pensez à prendre des photos.

Voir la vidéo ci-dessous:

Merry

Suspicion d’apparition du Syndrome du Nez Blanc en France, conseils pour les prélèvements.

mercredi, mars 11th, 2009

La suspicion de présence du Syndrome du Museau Blanc en France motive la nécessité d’effectuer des prélèvements sur les chiroptères potentiellement porteurs. Un duvet blanc sur le museau, ainsi que des plaques blanches sur le patagium, à proximité des narines ou sur les oreilles sont des signes évoquateurs de la présence d’un champigon. Les prélèvements peuvent être effectués avec parcimonie et précautions.

Minimiser le dérangement des colonies et de l’individu prélevé. Les manipulations doivent prendre en compte le respect du repos hivernal des colonies et ne pas constituer une gêne trop importante sur les individus en hibernation. Les individus en torpeur et isolés sont à privilégier pour les prélèvements. Des photos doivent être prises, de préférence avant et après le prélèvement. Le temps de manipulation d’un animal de doit pas excéder quelques minutes. Dans l’idéal, quelques secondes suffisent pour le prélèvement et dans tous les cas, le port de gants est obligatoire et l’animal ne doit pas être réchauffé (attention à la chaleur dégagée par la main). Le matériel de prélèvement stérile est à privilégier, des kits de prélèvement sont disponibles en pharmacie (écouvillons stériles).

Pour toute travail sur le terrain, et en l’absence de procédures disponibles en français, les dispositions mentionnées dans ce document (en anglais), peuvent être conseillée.

Merry.