Des modèles informatiques pour prédire les terrains de chasse des chauves-souris en Camargue

Au cours de la dernière décennie, les modèles d’habitat potentiels (Habitat Suitability Models, HSMs), ou modèles de distribution d’espèces (Species Distribution Models, SDMs), ont reçu une attention considérable dans les études de conservation et ont généré un large éventail d’applications. Ces modèles ont été utilisés à la fois pour identifier les variables environnementales qui influençent la distribution des espèces et aussi pour prédire leurs distributions en fonction de différentes variables. Ces modèles ont été utilisés jusqu’à présent principalement pour prédire des distributions à large échelle. Ils peuvent cependant être également utilisés à des échelles spatiales plus fines pour répondre à des objectifs de conservation.

Dans le cadre du programme Life+ ChiroMed, nous avons évalué la faisabilité d’utiliser ce type de modèle pour prédire la distribution des terrains de chasse de deux espèces de chiroptère, le Grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum) et le Murin à oreilles échancrées (Myotis emarginatus). Nous avons suivi par télémétrie 34 Grands Rhinolophe et 29 Murins à oreilles échancrées provenant de deux colonies de parturition mixtes situées en Camargue et séparées de 21.5 km.

gcp-lifea5-rt2-capture-073

Une équipe de radio-tracking en poste

 

ch-1955-c-myotis-emarginatus-16bis-jmb

Murin à oreille échancrées

L’étude avait pour objectifs (1) de caractériser la sélection des terrains de chasse de ces deux espèces (2) de produire des cartes prédictives des terrains de chasse autour des deux colonies de parturition, (3) d’analyser la performance prédictive de quatre modèles d’analyse statistique (Mahalanobis distance, ENFA, MADIFA et MaxEnt), et (4) d’évaluer la faisabilité de prédire la distribution des terrains de chasse d’une colonie à partir des données obtenues sur une seconde colonie indépendante.

Notre étude montre que les quatre modèles testés permettent de générer des cartes prédictives des terrains de chasse potentiels spécifiques à chaque espèce de façon relativement fiable, sur la base de la configuration du paysage environnant chaque colonie. Parmi les 17 variables d’habitats sélectionnés, les ripisylves, les boisements et la distance à la colonie jouent un rôle clé dans la sélection des terrains de chasse des deux espèces. MaxEnt apparait comme le modèle le plus performant pour prédire la distribution potentielle des terrains de chasse autour de chaque colonie, même à partir de données télémétriques obtenues de façon indépendante sur d’autre colonies.

bildschirmfoto-2016-09-08-um-16-07-41

Carte prédictive des terrains de chasse potentiels autour d’une colonie de parturition de Grand Rhinolophe obtenue avec la méthode MaxEnt. La carte a été construite en utilisant 70% des localisations obtenues par télémétrie, tandis que les 30% restantes (cercles blancs) ont été utilisées pour tester la performance prédictive du modèle. Les nuances de gris indiquent les probabilités d’être un terrain de chasse potentiel, allant de 0 (faible probabilité en gris clair) à 1 (forte probabilité en noir)

Les études de télémétrie pour étudier la sélection des terrains de chasse des chiroptères ont connu un développement important ces dernières années. Comme de nombreuses espèces de chauves-souris sont menacées par la perte d’habitats, les modèles prédictifs de distribution d’habitat potentiel peuvent être des outils utiles pour définir où et comment protéger les terrains de chasse autour des colonies de parturition. Cependant, ces modèles mériteraient d’être testés sur d’autres espèces de chiroptère et dans d’autres contextes paysagers afin de mieux évaluer leur pertinence pour prédire et caractériser la sélection des terrains de chasses autour des colonies de parturition.

Jocelyn Fonderflick, Clémentine Azam, Clarisse Brochier, Emmanuel Cosson et Delphine Quékenborn
Traduction de l’anglais par Yann Gager et Jocelyn Fonderflick

Référence de l’article

Fonderflick et al. 2015. Testing the relevance of using spatial modeling to predict foraging habitat suitability around bat maternity: A case study in Mediterranean landscape. Biological Conservation, 192, 120-129.

Remerciements

Un grand merci à Jean-Michel Bompar pour son cliché de murin à oreille échancrées, au Groupe Chiroptères de Provence et au Life+ ChiroMed

Version anglaise
Habitat suitability models (HSMs) have so far been used mainly to study broad-scale patterns of species distribution based on environmental variables; however, they can also be applied to address conservation needs at finer scales. In this study, we evaluated the feasibility of using HSMs based on presence-only data to predict bat foraging habitat suitability around maternity roosts using radio-tracking location data. We radio-marked 34 Rhinolophus ferrumequinum and 29 Myotis emarginatus from two mixed-species maternity roosts (21.5 km apart) in a Mediterranean landscape. We generated foraging habitat suitability maps for the two species and the two colonies incorporating 17 land cover variables as well as distance from the maternity roosts. We then compared the performance of four presence-only models: Mahalanobis distance, ENFA, MADIFA and MaxEnt. Our study found that all four models generated foraging habitat suitability maps that performed well at predicting the species-specific quality of foraging habitat based on the configuration of the landscape. Riparian vegetation, woodland and distance from roosts play a key role in foraging habitat selection around colonies both for R. ferrumequinum and M. emarginatus. MaxEnt was the model that best predicted suitable foraging hab- itats. These are also the best models at predicting foraging habitat suitability with relatively good performance around another colony maternity roost using independent radio-tracking locations. Because many bat species are threatened by foraging habitat loss, habitat suitability modeling offers a useful tool in defining appropriate conservation guidelines that protect foraging habitats around bat maternity roosts.

Comments are closed.