Cris sociaux et leurre acoustique

Warning: mysql_get_server_info(): Access denied for user 'chiropte'@'localhost' (using password: NO) in /home/chiropte/www/communaute/chiroblog/wp-content/plugins/xml-google-maps/xmlgooglemaps_dbfunctions.php on line 10 Warning: mysql_get_server_info(): A link to the server could not be established in /home/chiropte/www/communaute/chiroblog/wp-content/plugins/xml-google-maps/xmlgooglemaps_dbfunctions.php on line 10

De manière générale, les cris sociaux des chauves-souris et leurs fonctions restent très peu connus.
La synthèse la plus complète qui existe à ce jour pour les espèces européennes est la publication de Pfalzer & Kusch (2003).
Quatre catégories de cris sociaux – présentant des structures sonores communes mais identifiables au niveau spécifique – y sont décrites.

Le Type A serait utilisé dans un contexte de lutte ou de conflits entre individus, par exemple pour l’utilisation de territoires de chasse.

Le type B est le cri de détresse (distress call) qui attire les individus conspécifiques, pour se grouper et dissuader les prédateurs.

Le type C est utilisé pour la communication entre individus de manière générale, pour les femelles et leurs jeunes mais aussi des individus volant en tandem.

Le type D est probablement utilisé dans un contexte reproductif mais peut-être aussi pour repousser des individus étrangers d’un territoire de chasse.

A l’image de la repasse chez les oiseaux, les cris sociaux des chauves-souris peuvent être enregistrés et réémis à l’aide d’un leurre acoustique. La prudence est de mise sur ces études car les impacts sur les chiroptères sont très peu connus mais potentiellement importants. Tous les cris sociaux n’ont pas un but d’attraction des autres individus, le type A et D étant certainement utilisés pour repousser des individus. Le taux de capture avec le leurre acoustique peut-être augmenté mais ceci peut constituter le résultat d’une aggression sur le leurre acoustique perçu comme un compétiteur. Le leurre acoustique pourrait jouer un rôle répulsif et perturber les populations locales.

Pour l’instant, cette méthode a surtout été utilisée pour capturer des espèces difficilement capturables comme le Murin de Bechstein (Hill et Greenaway au Royaume-Uni et Goiti et al. en Espagne). Hill et Greenaway, dans un papier de 2005, concluent sur les potentialités de cette méthode mais soulignent l’importance de l’utiliser avec prudence. Les deux auteurs recommandent des temps de playback courts et d’éviter la répétition de playbacks au même endroit.

Yann pour le Chiroblog

Références bibliographiques

Goiti, U., Aihartza, J., Garin, I., & Salsamendi, E. (2008). Surveying for the rare Bechstein’s bat (Myotis bechsteinii) in northern Iberian peninsula by means of an acoustic lure. Hystrix-the Italian Journal of Mammalogy, 18(2), 215–223.

Hill, D. A., & Greenaway, F. R. A. N. K. (2005). Effectiveness of an acoustic lure for surveying bats in British woodlands. Mammal Review, 35(1), 116–122.

Pfalzer, G., & Kusch, J. (2003). Structure and variability of bat social calls: implications for specificity and individual recognition. Journal of Zoology, 261(1), 21–33. doi:10.1017/S0952836903003935

Tags:

Leave a Reply

*