Lien entre le champignon Geomyces destructans et le syndrome du museau blanc (WNS): la preuve expérimentale.

Warning: mysql_get_server_info(): Access denied for user 'chiropte'@'localhost' (using password: NO) in /home/chiropte/www/communaute/chiroblog/wp-content/plugins/xml-google-maps/xmlgooglemaps_dbfunctions.php on line 10 Warning: mysql_get_server_info(): A link to the server could not be established in /home/chiropte/www/communaute/chiroblog/wp-content/plugins/xml-google-maps/xmlgooglemaps_dbfunctions.php on line 10

C’est dans « Proceedings of National Academy of Science » (PNAS), une revue américaine, que l’étude vient d’être publiée (le 10 Avril 2012). Le manuscrit initial a été soumis au journal le 9 janvier 2012 par des chercheurs canadiens de l’Université de Manitoba à Winnipeg. Ce travail expérimental a permis la vérification du 3eme postulat original de Koch, selon lequel l’inoculation du microorganisme isolé provoque la maladie. De plus, selon ces auteurs, le syndrome du museau blanc (WNS) et une issue fatale caractéristiques sont observés chez les chiroptères (Myotis lucifugus) inoculés puis placés en hibernation, quelle que soit l’origine géographique de la souche utilisée (Européenne ou Américaine). Les résultats de cette étude sont donc en faveur de l’hypothèse d’une espèce invasive d’origine européenne que la progression systématique du champignon vers l’Ouest américain et sa large répartition européenne semblaient déjà décrire. Cette perspective apparaît suffisante pour expliquer, à ce jour, la différence de sensibilité observée des populations de chiroptères Américaines et Européennes. Une histoire évolutive ancienne du champignon avec les chiroptères de l’ancien monde, dont n’ont pas bénéficié ceux du nouveau monde où le champignon aurait été introduit il y a quelques années, aurait favorisé l’adaptation des espèces du vieux continent et ainsi permis de limiter la pathologie associée à la présence du champignon. Cette dernière hypothèse serait vérifiée si les bases génétiques de mécanismes de résistance à l’infection par le champignon pouvaient être détectées chez les chauves-souris européennes alors qu’elles seraient absentes, ou beaucoup moins représentées, dans les populations de chiroptères américaines. La validation de cette dernière hypothèse et/ou une preuve expérimentale permettraient indiscutablement de minimiser le risque associé à Geomyces destructans pour les populations de chiroptères européennes.

Meriadeg

Source: Warnecke, L. et al., 2012. Inoculation of Bats with European Geomyces Destructans Supports the Novel Pathogen Hypothesis for the Origin of White-Nose Syndrome. Proceedings of the National Academy of Sciences. Available at: http://www.pnas.org/content/early/2012/04/03/1200374109 [Accessed April 10, 2012].

 

Leave a Reply

*